Rechercher dans ce blog

lundi 5 novembre 2012

un sanctuaire pour animaux sauvages

Après plusieurs opérations de sauvetage menées conjointement avec l’association néerlandaise AAP, la Fondation 30 Millions d’Amis lui apporte un soutien financier, dans le cadre de son partenariat avec le Rainforest Café*.
Pays-Bas : la Fondation soutient un sanctuaire pour animaux sauvagesLa Fondation 30 Millions d’Amis, qui aide financièrement des associations en France et à l’étranger, a débloqué 3 500 euros en faveur du sanctuaire pour animaux exotiques AAP, basé aux Pays-Bas. Cet argent « sera consacré à notre nouvelle unité de quarantaine, précise Saskia Oskam, porte-parole d’AAP. Ce don sera plus spécifiquement dédié à l’achat d’un scanner pour réaliser avec le plus de précision possible les bilans de santé des animaux à leur arrivée ».
L’intégralité de cette somme provient des fontaines « à vœux » du restaurant Rainforest Café établie au cœur de Disney village en région parisienne. L’établissement confie à la Fondation 30 Millions d’Amis l’intégralité des pièces et billets jetés dans ces fontaines par les touristes pour financer des actions en lien avec la protection des animaux sauvages.
A Almere, aux Pays-Bas, l’organisation AAP s’est spécialisée dans l'accueil des primates et des petits mammifères exotiques. Dans la plupart des cas, des animaux gravement maltraités ou négligés : « Dans notre pays, il est permis d’élever, au même titre que les chiens et les chats, des ratons laveurs et des mouflettes, explique Saskia Oskam. Nous essayons de les récupérer et nous militons pour que ces espèces soient inscrites sur la liste des animaux sauvages interdits à l’adoption, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays européens ». Chaque année, entre 100 et 200 animaux sont ainsi récupérés par l’organisme néerlandais.
«Ce don sera dédié à l’achat d’un scanner pour les bilans de santé des animaux à leur arrivée.
Saskia Oskam - porte-parole d’AAP
Animaux stressés
L’équipe d’AAP tente donc de convaincre les propriétaires « d’abandonner » au profit de leur structure, ces animaux qui souffrent souvent de stress physique et mental : « Le plus souvent, des commerçants essaient de vendre leurs animaux exotiques à des particuliers ; ceux-ci découvrent que ces animaux ne sont pas exactement comme animaux de compagnie… ils n'ont pas été correctement informés sur la façon d’en prendre soin » explique la jeune femme. Ces ratons-laveurs, écureuils, chiens de prairie, octodons et autres singes magots sont pris en charge par AAP. Après une période de quarantaine, les animaux aptes à vivre en groupe entreront dans un processus de resocialisation.
Après des mois de soins, les animaux guéris sont placés dans un milieu approprié, à l’instar d’une réserve naturelle ou d’un parc zoologique respectueux de leurs besoins. Et les missions de sauvetages sont accompagnées de campagnes de sensibilisation, auprès des citoyens et des pouvoirs publics : « Il faut empêcher les gens de les considérer comme animaux de compagnie, en soulignant par exemple les  problèmes que leur détention peut causer au quotidien » poursuit Saskia Oskam.
Commerce légal... trafic illégal
L’organisation agit aussi contre la détention illégale d’espèces protégées, un enjeu de taille dans ce pays qui est devenu, au fil des années, une véritable plaque tournante du trafic d’animaux sur le plan européen. Ces derniers mois, les médias ont rapporté de nombreuses saisies réalisées par les douanes néerlandaises, comme la récente découverte à l’aéroport d’Amsterdam de 200 mygales dans la valise d'un couple de touristes (AFP - 4/10/12).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire